Commission de l'éthique en science et en technologie

FERMETURE DES BUREAUX - Veuillez noter qu'en raison de la crise sanitaire liée à la pandémie de COVID-19, la CEST réalise l'ensemble de ses activités en mode virtuel seulement. Pour nous contacter

Partager cette page

Depuis quelques années, tout le monde s'intéresse à l'éthique. On entend sans arrêt parler d'éthique à la télévision, dans les journaux, au travail, à l'école, bref, un peu partout. Chacun a déjà lu ou entendu des affirmations de ce genre :

  •  « Plusieurs enquêtes ont révélé la présence de corruption dans certaines villes du Québec. Le monde de la politique municipale fait face à de sérieux problèmes éthiques. »
  •  « Nous sommes à la recherche de sujets pour tester ce nouveau médicament. Cette étude est sécuritaire et elle a été approuvée par notre comité d'éthique. »
  •  « Cette entreprise rejette ses déchets polluants dans le fleuve! Ce n'est pas très éthique de sa part! »

 Dans ce genre de situation, on utilise aussi le mot « morale » :

  •  Un élu corrompu peut être blâmé moralement : on va dire qu'il a mal agi, ou qu'il a agi de façon immorale.
  •  Il serait moralement inacceptable qu'une compagnie pharmaceutique utilise des humains pour tester un médicament dangereux.
  •  Pour certains, l'environnement est précieux et tous devraient le respecter du mieux possible. Ceux qui le négligent font quelque chose de moralement répréhensible.

Autrefois, le mot « morale » était très présent dans le discours des Québécois. Aujourd'hui, il tend à être remplacé par le terme « éthique ».

Si l’enregistrement des fichiers de témoins est activé sur votre navigateur, la visite de ce site placera un fichier de témoins sur votre ordinateur, ou un fichier de témoins sera lu si vous avez déjà visité ce site auparavant. Notre utilisation des fichiers de témoins vise uniquement à améliorer votre expérience comme utilisatrice ou utilisateur sur le site Web de la Commission.